Belgique
Personnes en marge de la société

Covid-19: Quel confinement lorsqu’on n'a pas de toit ?

La Belgique est confrontée à une épidémie de Coronavirus menaçante. Bien que les différentes autorités aient pris des mesures contraignantes, celles-ci ne sont pas adaptées aux groupes de la population les plus fragilisés. Les différents acteurs du sans-abrisme sont actuellement en discussion avec les autorités pour parvenir à des solutions.

Médecins du Monde travaille au quotidien avec les personnes les plus fragilisées de notre société: des personnes sans-abri, des familles qui vivent dans la rue ou des personnes qui sont exclues des soins, quels que soient leurs statuts. L’organisation met tout en œuvre pour protéger ses patient.e.s, ses employé.e.s et ses bénévoles : « Médecins du Monde suit les instructions du Ministère de la Santé et applique les mesures de prévention à toutes les personnes qui fréquentent les centres de soins, antennes et projets externes, tels que le Médibus ou le centre d’hébergement pour les personnes sans-abri. » explique Alexis Andries, Directeur des projets belges de Médecins du Monde.

Mesures non adaptées aux conditions de vie des personnes vulnérables

 « Nous estimons que les mesures actuelles et les recommandations prodiguées ne tiennent pas compte de ces groupes de personnes: près de 80% des personnes que voit Médecins du Monde sont sans-abri ou vivent dans des conditions insalubres. La recommandation de rester chez soi dès l’apparition de symptômes n’est tout simplement pas une option. »

Ce ne sont pas les personnes vulnérables qui constituent le risque mais bien le système des soins de santé qui les en exclut.

Besoin de création d’espace d’isolement pour les personnes les plus vulnérables

Les autorités doivent prendre des initiatives qui visent ces personnes, en particulier, leur hébergement. La priorité doit également être donnée à leur accès aux soins.

Alexis Andries : « Médecins du Monde et le secteur du sans-abrisme sont actuellement en discussion avec les responsables politiques pour déterminer des mesures adaptées telles que la mise en place d’espaces de quarantaine et de soins de qualité destinés à ces groupes de personnes. »

« Le plaidoyer que nous faisons depuis des années pour un accès aux soins (préventifs) juste et universel, indépendamment de la nationalité, du statut ou des revenus est plus que jamais d’actualité : ce ne sont pas les personnes vulnérables qui constituent le risque mais bien le système des soins de santé qui les en exclut. »

Pas d’accès aux soins

Par ailleurs, les personnes soignées par Médecins du Monde ont un accès beaucoup plus restreint aux soins que le reste de la population : 82% de nos patient.e.s des différents programmes de Médecins du Monde en Europe, n’a aucun accès aux soins. Voir un médecin est pour ces personnes une démarche compliquée et leur vulnérabilité les expose à de nombreux risques -  les personnes sans-abri souffrent souvent de maladies chroniques. Les conditions de vie indignes auxquelles elles doivent faire face les rendent plus vulnérables au coronavirus, et les conséquences sur leur santé peuvent être plus sérieuses. Bien que le risque de contamination ne soit pas plus élevé pour elles, que dans l’ensemble de la population, les conséquences de possibles contaminations peuvent être plus graves.

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753