Quelles voix/voies pour la prise en compte des violences basées sur le genre ?

Infos pratiques

Colloque international

 

Thème

Quelles voix/voies pour la prise en compte des Violences Basées sur le Genre (VBG)?

Regards croisés sur les bonnes pratiques d'ici et d'ailleurs.

Quand?

Jeudi 4 avril 2019, de 9h à 17h

Où?

Place Eugène Flagey 19

Auditoire Victor Bourgeois

Faculté d'Architecture La Cambre Horta, Université Libre de Bruxelles (ULB)

JE M'INSCRIS

Entrée libre, inscription obligatoire, places limitées

Invitation au colloque

Objectifs

Objectifs du colloque
  • Mutualiser et développer des connaissances et des bonnes pratiques en capitalisant à la fois sur l’existant et sur les innovations à apporter (stratégies et opérations), entre les acteurs.trices engagé.e.s dans la prise en charge des survivant.e.s des violences basées sur le genre ;
  • Identifier et échanger sur les problématiques rencontrées par les survivant.e.s et les acteurs.trices de la prise en charge ;
  • Inciter les acteurs.trices politiques et d’influence à prendre des engagements concrets en faveur de la lutte contre les violences basées sur le genre et de la prise en charge globale des survivant.e.s.
Public cible et participant.e.s
  • Partenaires du projet « Améliorer la détection et la prise en charge des survivant.e.s de violences basées sur le genre (VBG) »
  • Membres et représentant.e.s d’associations, d’ONG, de réseaux et de mouvements en lien avec les VBG
  • Réseau de Médecins du Monde – à confirmer
  • Institutions académiques et scientifiques, universitaires et chercheur.euse.s/professeur.e.s
  • Bailleurs de fonds spécialisés VBG
  • Décideurs politiques, personnalités publiques et d’influence (différentes échelles & secteurs)
Parlophone bleu

Programme

Programme de la journée

 

Téléchargez le programme

Dès 8h30

Accueil des participant.e.s

9h15 - 10h

Séance d'introduction

Mot d’introduction & présentation du Colloque international
Pierre VERBEEREN, Directeur de Médecins du Monde Belgique

Mot du Ministre-Président de la Fédération Wallonie Bruxelles (FWB)
Monsieur Rudy DEMOTTE (sous réserve)

État des lieux et mise en contexte des questions liées aux violences basées sur le genre
Déborah KUPPERBERG, attachée à la Direction de l’Egalité des Chances, Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

10h - 11h15

Session 1 - Regards croisés sur la nécessité d'une prise en charge holistique des violences basées sur le genre

Méthode : Panel autour des modèles, de leurs concepts-clés, de leurs forces et de leurs faiblesses, incluant une introduction de la thématique et une session de questions et d’échanges entre intervenant.e.s et avec le public.

Pour aller au-delà d’une prise en charge des survivant.e.s uniquement forensique ou médicale, diverses expériences ont démontré l’importance de développer et de mobiliser une approche holistique de la prise en charge des survivant.e.s de violences basées sur le genre, que ces violences soient sexuelles, physiques, psychologiques. La prise en compte de la globalité de la personne, dans toutes ses dimensions, y compris familiales, en combinant médecine, sciences juridiques et psychosociales, en pluri et en interdisciplinarité, pourrait mener à des soins et un rétablissement de meilleure qualité. De plus, cette approche pourrait renforcer les collaborations entre intervenant.e.s peu habitué.e.s à travailler ensemble tout en étant davantage sensible aux différentes vulnérabilités liées au vécu des survivant.e.s. Qu’est ce qui est donc à l’origine de cette approche ? Comment mettre en place ce type de processus ? Quelles sont les conditions à réunir ? Les forces, les contraintes et les faiblesses rencontrées par ces processus ?

11h15 - 11h30

Pause

11h30 - 13h

Session 2 - Les survivant.e.s au coeur du processus de prise en charge holistique des violences basées sur le genre

Méthode : Panel autour des concepts-clés, des enjeux et des perspectives, des conditions et des cadres à élaborer, incluant une introduction de la thématique et une session de questions et d’échanges entre intervenant.e.s et avec le public.

Placer les survivant.e.s au coeur du processus de prise en charge par la création de cadres adaptés à la prise de parole, par le déploiement d’environnements ouverts à la diversité des expressions, des fragilités, des vécus et de ses modes d’interprétation, est une démarche qui valorise la personne en tant qu’actrice et ne la réduit pas à un statut de victime. Pour arriver à dessiner des contours de prise de parole et de participation des survivant.e.s à la fois justes et pluriels, divers facteurs doivent être pris en compte tant en amont qu’en aval de la prise en charge. Quelles sont donc les conditions pour prendre la parole, tant pour les survivant.e.s que pour les professionnel.le.s et l’entourage (environnement, structure, accueil, formations, accompagnement, etc.) ? Comment accueillir la différence pour recevoir la parole ? Comment nommer les besoins de chacun.e des acteurs.trices du processus? Quels sont les ressorts de la résilience et du processus de reconstruction ?

13h - 14h

Lunch & Networking

14h - 15h30

Session 3 - Agir en promouvant de nouveaux récits

Méthode : Panel autour des discours, des approches théoriques et pratiques concernant la lutte contre les violences basées sur le genre, incluant une session de questions vers les intervenant.e.s et une période de questions entre les intervenant.e.s et le public.

La prise de conscience concernant les violences basées sur le genre augmente de plus en plus au sein des sociétés, à toutes les échelles et dans toutes les régions du monde. L’influence de normes socio-culturelles stéréotypées, les inégalités sociales entre les femmes et les hommes en matière d’emploi, de salaire, de santé, de charge domestique et/ou parentale, les diverses pressions sociales qu’elles soient structurelles, systémiques, contextuelles, touchant les femmes et les hommes, les filles et les garçons, sont au coeur de l’analyse et de l’action autour du problème des VBG. De nouveaux récits, à la fois pluriels et émancipateurs, dont les médiums et les impacts sont diversifiés, sont nécessaires à la lutte contre les violences basées sur le genre, une lutte qui est la responsabilité de toutes et de tous. En ce sens, comment co-construire ces nouveaux récits, de façon inclusive, avec des hommes et des femmes ? Comment ce processus peut-il amener vers un empowerment durable et global des survivant.e.s ? Et en quoi ces modes de narration, de construction de sens, peuvent-ils influencer à leur tour les normes socioculturelles des sociétés ? Une dernière session qui se veut davantage réflexive et critique quant à l’ensemble des parties à mobiliser pour une démarche de lutte qui soit effective.

15h30 - 15h45

Pause

15h45 - 17h

Session Perspectives & Conclusions - Vers un plaidoyer pour une pleine reconnaissance de la nécessité de la lutte contre les violences basées sur le genre

Méthode : Panel de conclusion incluant une synthèse et une session de débat entre les intervenantes et une période de questions/échanges entre les intervenant.e.s et le public.

Synthèse & faits saillants
Débat avec représentant.e.s institutionnels et politiques – Quelles sont donc les voies pour une réelle prise en compte des Violences Basées sur le Genre ?

Je m'inscris

Contact

Contact

Pour plus d'informations, contactez Léa Champagne par e-mail: lea.champagne@medecinsdumonde.be

Nos partenaires

Avec le soutien de

Logos des partenaires

 

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753