Changement climatique et inégalités de genre: mobilisons-nous!

Dans la lignée d’ONU Femmes et à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, Médecins du Monde Belgique revient sur la nécessité de concilier les luttes contre le changement climatique et contre les inégalités de genre.

Les crises renforcent les inégalités existantes, comme nous l’avons observé lors de la pandémie de COVID-19. Les femmes représentent ainsi près de 70% de la population vivant sous le seuil de pauvreté[1] et les filles ont 2,5 fois plus de risque que les garçons d’être déscolarisées en situation de crise[2]. L’impact différencié de la crise climatique s’illustre déjà en matière de migration, puisque 80% des personnes déplacées du fait du changement climatique sont des femmes[3].

 

Les effets spécifiques de la crise climatique sur les femmes et les filles sont également liés aux stéréotypes de genre et à la division sexuée du travail. Les femmes représentent presque la moitié des travailleur·euses agricoles (43%) mais seules 14% sont propriétaires de terres[4]. Elles ont ainsi un accès limité aux mécanismes de prêts et assurances ainsi qu’aux formations sur les technologies agricoles écologiques, essentielles à la résilience climatique. Par ailleurs, les femmes effectuant l’immense majorité du travail de soins au sein du foyer, la raréfaction des ressources les impacte de façon disproportionnée dans la sphère privée.

 

Face à ces problématiques, Médecins du Monde Belgique conçoit un projet dans les régions de Tillabéri et Tahoua au Niger. Ce projet cherche à accroître le pouvoir économique des femmes et des adolescentes à répondre à leurs besoins fondamentaux et à développer leurs activités en prenant en compte les défis environnementaux. Cette approche holistique intègre les droits des femmes et des filles à la gestion de la crise climatique et visibilise les liens entre enjeux environnementaux et égalité de genre.

 

Par ailleurs, l’inégale répartition du travail domestique et de la charge mentale qui y est liée affecte significativement la santé des femmes, notamment la santé et les droits sexuels et reproductifs. Le réchauffement climatique entraîne une augmentation du nombre de maladies et d’épidémies. En temps de crise, les ressources dédiées à la santé sont réaffectées, ce qui pénalise les soins considérés comme “moins” essentiels. Par exemple, 180,000 femmes ont été privées d’accès à la planification familiale lorsque les ouragans Eta et Iota ont frappé le Honduras 2020[5].

 

L’impact des crises sur la santé des femmes et leur accès aux soins s’est ainsi observé durant la pandémie de COVID-19 dans nos projets en Belgique. Le Médibus—un bus composé d’équipes de bénévoles mobiles— a accueilli de nombreuses femmes en situation de précarité menstruelle. Nous avons également observé un accroissement significatif des violences domestiques pendant les périodes de confinement. Le travail de nos équipes a montré l’importance de prendre en compte les droits des femmes et des filles dans la gestion de la crise sanitaire, tant sur le terrain que dans les actions de plaidoyer.

 

 

En effet, les inégalités de genre au travers du changement climatique sont illustrées par le manque de représentation et de redevabilité politique. Les femmes sont principalement considérées comme des “populations vulnérables” dans les projets visant à limiter les effets du changement climatique. Il n’y avait que huit femmes parmi les 150 chef·fes d’État ayant participé à la Conférence des parties 21 (COP21). Dans les “projets de développement”, 70 % des crédits pour l’adaptation au changement climatique sont consacrés à des projets technologiques et de grande ampleur dirigés par des hommes[6].

 

Le changement climatique et la persistance des inégalités de genre sont profondément liés. Ce ne sont pas des problématiques à traiter une fois dans l’année à l’occasion d’un évènement public. Elles nécessitent une lutte engagée et continue, en alliance avec l’ensemble des mouvements visant à promouvoir la justice sociale et l’égalité de toutes et tous.

 

[1] https://aqoci.qc.ca/wp-content/uploads/2iques_vf-3.pdf (aqoci.qc.ca)

[2] Les filles, premières victimes du changement climatique | Parrainage d'enfants et aide au développement - ONG Plan International France (plan-international.fr)

[3] https://news.un.org/fr/story/2021/11/1108212

[4] Impactées par le changement climatique, les femmes ont construit les luttes écoféministes — ONU Femmes France

[5] Cinq façons dont les changements climatiques affectent les femmes et les filles | Fonds des Nations Unies pour la population (unfpa.org)

[6] Les femmes, actrices essentielles dans la lutte contre le changement climatique, entre autonomisation et accès à la gouvernance — ONU Femmes France

 

 

logo campagne

 

Peu importe la personne qui a besoin d’aide, peu importe sa manière d’agir, de vivre ou de penser, « on s’en fout ». Pour Médecins du Monde, la santé passe avant tout.

 

Je fais un don

 

 

1212 AERF

 

Médecins du Monde est membre du Consortium 12-12 et de l'AERF.

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753