IL VOUS RESTE ENCORE ...

POUR BÉNÉFICIER DE VOTRE RÉDUCTION FISCALE DE 45% 

 

Guerres. Conflits. Inégalités croissantes. Changement climatique.

Le monde est malade.

Ensemble, nous pouvons le soigner.

 

JE FAIS UN DON

Crise de l’accueil en Belgique : de l’inertie à une politique d’intimidation

Depuis l’évacuation du squat de la rue des Palais mi-février, la politique de gestion de la crise de l’accueil semble avoir atteint le fond de l’indécence. Depuis le début de cette crise, Médecins du Monde se mobilise pour apporter son aide aux plus vulnérables et dénoncer les violations des droits humains. « L’inertie politique est devenue une politique d’intimidation. » Bref retour sur les événements. 

15 février – 6 mars : un campement le long du canal  

Après l’évacuation chaotique du squat de la rue des Palais le 15 février 2023, des dizaines de personnes qui demandent l’asile se retrouvent à la rue. Des tentes de plus en plus nombreuses s’installent le long du canal et plusieurs dizaines de personnes survivent pendant des semaines, dans un froid glacial.

7 mars : tentes et affaires personnelles jetées

Le 7 mars, le campement est démantelé avec une rare brutalité : les quelques affaires personnelles des demandeurs et demandeuses d’asile, leurs petites tentes, leurs vêtements sont jetés dans un énorme conteneur. Près de 70 personnes sont laissées de côté par le gouvernement et se retrouvent à la rue.

9 mars : percer des trous dans le toit pour chasser les demandeurs d’asile   

Avec le soutien d’un collectif citoyen, les personnes expulsées des abords du canal trouvent finalement refuge dans un bâtiment situé allée du Kaai. Mais dès vendredi 10 mars, des ouvriers percent volontairement des trous dans le toit. Selon Vluchtelingenwerk, ils agissent sous les directives de la police. Les infiltrations d’eau visent à rendre le bâtiment inhabitable.

10 mars : dormir à nouveau dehors après une nouvelle expulsion

Le 10 mars, l’immeuble de l’Allée du Kaai est évacué de force. Retour à la rue, dans la pluie et le froid, pour les demandeurs d’asile. Les personnes réfugiées se dirigent vers le Hub humanitaire situé dans le quartier. Elles y resteront tard dans la nuit, avec des températures qui descendent jusqu’à - 3 degrés. Les forces de police se seraient livrées à des violences, à l’égard du personnel humanitaire  

12 & 13 mars : Pas de nourriture

Dimanche 12 mars, un collectif citoyen et les personnes demandeuses d’asile occupent les futurs bureaux du Centre national de crise. Depuis lors, la police encercle le bâtiment et multiplie les démonstrations de force : les agents de police empêchent l’apport de nourriture, de médicaments et d’eau dans le bâtiment. La police fait preuve de violence : un bénévole a un bras cassé.  

stop à la politique d’intimidation 

Avec d’autres organisations partenaires, Médecins du Monde exige l’arrêt immédiat de cette politique d’intimidation. Les personnes qui sont visées ont dû fuir leur pays pour trouver un lieu de vie sécurisé. Elle possèdent toutes un document  officiel qui leur donne droit à l’accueil. Et malgré ce contexte, elles sont traitées de manière inhumaine, dans notre propre pays.

© Kristof Vadino 

 

1212 111111 AERF

 

Médecins du Monde est membre du Consortium 12-12, CNCD et de l'AERF.

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753