Les autorités belges demandent à Médecins du Monde de proposer un plan d’urgence pour le Yémen.

La Belgique a débloqué un budget de 8,6 millions d’euros pour faire face à la crise humanitaire que traverse le Yémen. Médecins du Monde est une des organisations identifiées pour intensifier cette aide. Elle a reçu un budget de 2,2 millions d’euros destiné à la mise en oeuvre d’un plan d’urgence médical comprenant aussi un volet santé mentale. Stéphane Heymans, directeur des opérations de Médecins du Monde explique:

Pourquoi ce nouveau plan d’urgence pour le Yémen?

“Le Yémen fait face à une des crises les plus graves du monde. Après plus de 3 ans de conflit, le pays est dévasté: la moitié des structures hospitalières est détruite. Dans celles qui sont encore en activité, on déplore des ruptures de stocks de médicaments et un manque de personnel. La paralysie du système de santé implique une augmentation de la mortalité et des épidémies de choléra et de diphtérie. La population est de plus fortement affaiblie par le manque de nourriture: on estime à 7,5 millions le nombre de personnes ayant besoin d’aide alimentaire et à 2,9 millions les personnes souffrant de malnutrition aigüe.”

Cette paralysie du système de soins de santé touche sans doute également la santé mentale…

“La guerre a un effet dévastateur sur la santé mentale des populations. La majorité des Yéménites a été et continue à être exposée aux traumatismes, à la violence, au stress et à d’autres incidents liés à la guerre. Le problème est qu’il y a un manque chronique de soins de santé et de soins spécialisés en santé mentale. Il y a un manque de personnel formé et seule une petite partie du personnel médical intègre la dimension santé mentale dans sa pratique. Plus généralement, il y a un manque de connaissances sur les maladies psychiques liées aux conflits et à la guerre dans le pays.”

La guerre a un effet dévastateur sur la santé mentale des populations.

Quels sont les groupes de la population qui souffrent le plus de cette crise?

“Les filles et les femmes souffrent déjà d’inégalités de traitement et de discriminations, ce qui rend leur accès aux soins de santé de base plus difficile. Alors que ce sont justement les femmes et les enfants qui font majoritairement partie des groupes de déplacés. Comme c’est souvent le cas, les femmes et jeunes filles sont les premières cibles des violences liées au genre, telles que les violences sexuelles, les mariages forcés, la violence domestique et psychologique, tout cela dans un contexte de manque d’accès à la santé sexuelle.”

Que fait Médecins du Monde pour améliorer la situation?

“Nous sommes déjà actifs au Yémen. C’est un avantage car nous ne partons pas de zéro. Grâce à ces nouveaux fonds, nous allons nous concentrer sur l’essentiel: comment pouvons-nous faire en sorte que moins de personnes meurent ? En nous concentrant sur le renforcement des soins de santé de base, y compris la santé mentale et des programmes de nutrition. Au total, nous allons aider environ 104.000 personnes. Une attention particulière sera apportée aux enfants de moins de 5 ans (18% de la population) et aux femmes déplacées ou qui séjournent dans des familles d’accueil. Les autres groupes de la population pourront également bénéficier de nos services.”

Nous allons nous concentrer sur l’essentiel: comment pouvons-nous faire en sorte que moins de personnes meurent ?

Concrètement, quelle va être l’intervention d’urgence?

“Nous allons renforcer les centres de soins proposant des consultations curatives, des soins de santé mentale et des consultations liées à la santé ou à la violence sexuelle. Ces consultations seront gratuites pour permettre l’accès au plus grand nombre de personnes.Par ailleurs, nous allons veiller à ce que les centres de soins soient bien gérés et bien approvisionnés en médicaments, en matériel médical et en personnel: toutes choses qui manquent cruellement.La collaboration est au coeur de l’action de Médecins du Monde: cela signifie que nous allons créer des partenariats avec les centres de soins existants, avec les organisations locales, nationales et internationales ainsi qu’avec le Ministère de la Santé. Nous allons investir dans la formation du personnel pour qu’un modèle durable puisse encore continuer à fonctionner après notre départ.”

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753