Mali : continuer à soigner, malgré la crise actuelle

La crise socio-politique, causée par le coup d'Etat ayant mené à la démission du Président Ibrahim Boubakar Keïta, est concentrée dans la capitale Bamako. Elle n’affecte pas directement nos activités sur le terrain, à Gao et Ménaka. Nos équipes n'en sont pas moins doublement vigilantes car le risque d'incident sécuritaire reste plus que jamais d'actualité.

 

Même si la vie semble peu à peu reprendre son cours, suite à la démission du Président Ibrahima Boubacar Keita, arrêté par l’armée, le 18 août dernier, la population malienne retient son souffle, dans un contexte rempli d’incertitudes. Tout comme lors de l’insurrection et du coup d’état de 2012, les équipes de Médecins du Monde, présentes au Mali depuis 2010, restent à leurs côtés.

Dans le nord du Mali, nos cliniques mobiles 2 à Gao et 3 Ménaka poursuivent aujourd’hui leurs missions à la rencontre des populations afin de leur fournir des soins appropriés.

Entre le 11 et le 25 juillet 2020 :

  • Personnes sensibilisées : 2.910
  • Vaccination et dépistage enfants : 599
  • Consultations pré et post-natales : 109
  • Consultations : 2.049

« En juillet, le village d’ Awagate a été attaqué: 263 familles en fuite se sont installées près d'un centre de santé que nous soutenons. Notre équipe d’intervention rapide a pu agir très vite. » 

Répondre présent pour les déplacé.e.s internes

Médecins du Monde apporte également son soutien aux personnes déplacées internes. Selon OCHA (Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies), elles étaient 250.998 en avril 2020.

Issouf Maïga, coordinateur général adjoint de la mission de Médecins du Monde au Mali. : « En juillet, nous avons reçu une alerte Le village d’ Awagate situé à 130km à l’ouest de Ménaka avait été attaquée. Cette attaque avait provoqué un déplacement massif de populations. En tout, 263 ménages se sont installés à 55 kilomètres du centre de santé de référence de Tidermène que nous soutenons. Notre équipe d’intervention rapide a pu agir très vite. » 

  • Consultations curatives : 230
  • Nombres de patient.e.s orienté.e.s vers un centre de santé communautaire : 24
  • Consultations prénatales : 6
  • Consultation de planning familial : 5

Dans ce contexte de crise socio-politique et d’insécurité, les équipes de Médecins du Monde poursuivent également la lutte contre le COVID-19 par la sensibilisation et la formation des personnels de santé. Mais également par la distribution de produits désinfectants et de lavage des mains.

Recommandations

Enfin, Médecins du Monde, en coordination avec les autres ONG présentes au Mali, plaide auprès des autorités maliennes, des partenaires techniques et financiers et des autres acteurs étranger pour œuvre à la stabilisation de la situation. Les populations déjà fragilisé ne doivent pas être les victimes de cette nouvelle crise.

Voici les recommandations que l’ensemble des ONG actives au Mali, au sein du FONGIM (Forum des ONG internationales au Mali), ont adressé à la CEDEAO pendant leur visite :

  1. S’assurer que les sanctions n’aggravent pas la crise humanitaire dans le pays et ne restreignent pas la liberté de mouvement des populations ;
  2. Garantir la participation de la société civile et particulièrement les femmes et les jeunes, composantes essentielles de la société malienne, dans le processus de sortie de crise ;
  3. Soustraire du champ des sanctions, les financements des projets et initiatives humanitaires afin d’assurer une continuité des services sociaux de base attendus par les populations ;
  4. S’assurer que l’acheminement de l’aide humanitaire ne soit pas affecté par les sanctions.

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753