Urgences & Crises

Déclaration conjointe sur le cessez-le-feu à Gaza

Les équipes de Médecins du Monde actives dans les Territoires palestiniens occupés saluent l’annonce du cessez-le-feu mettant fin à la récente escalade de violence à Gaza, tout en mettant en garde contre une aggravation de la crise humanitaire qui doit être immédiatement prise en compte. En effet, même avant cette récente agression, les Palestiniens et Palestiniennes vivant dans de la bande de Gaza n’avaient qu’entre 4 et 8 heures d’électricité par jour,  96 % de leur eau était impropre à la consommation et il leur était presque totalement interdit de circuler librement.

 

Le bilan des victimes et blessé.e.s des raids israéliens menés entre le 7 et le 20 mai contre la bande de Gaza est lourd : 257 personnes ont été tuées, dont 69 enfants, et 8.538 autres blessées. Les tirs de roquettes lancés depuis Gaza ont fait quant à eux 12 morts côté israélien. Médecins du Monde appelle la communauté internationale à enquêter sur le fait que des civils aient été pris pour cible, comme l’impose le droit international.

Des soins de santé au bord de l’effondrement

Au moins 30 centres de soins de santé de Gaza ont été endommagés, détruits en partie ou quasi totalement, notamment la clinique de soins de santé primaires Hala Al Shawa et le laboratoire central de dépistage pour le COVID-19 de la clinique al-Rimal, dans la ville de Gaza. Des installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement ont également été touchées, tandis que le déplacement d’environ 91.000 habitants est venu encore aggraver la crise sanitaire due au coronavirus. Active dans la riposte contre la pandémie de COVID-19 à Gaza, Médecins du Monde n’est que trop consciente de la menace imminente que fait peser la crise sanitaire sur le rétablissement et le bien-être des habitants.

Le système de soins de santé déjà fragile à Gaza doit maintenant faire face à de dangereuses pénuries de médicaments et à des coupures régulières d’eau et d’électricité, auxquelles s’ajoutent de graves problèmes d’accès qui limitent les déplacements vers et depuis la bande de Gaza. Une situation qui vient encore compliquer les efforts consentis par les agences humanitaires, les organisations locales et le MINSA qui tentent de répondre aux besoins de la population et lui apporter une aide essentielle.

Médecins du Monde tient également à exprimer toute sa solidarité envers ses collègues, travailleurs et travailleuses de la santé à Gaza et ses partenaires qui ont continué à dispenser des soins dans ces conditions difficiles et même dramatiques. Cinq travailleur.euse.s de la santé ont perdu la vie dans cette nouvelle escalade de violence. Nous adressons à leurs proches nos plus sincères condoléances.

Impact sur la santé mentale

Les bombardements auront des conséquences graves et durables pour la santé mentale de la population palestinienne. Les enfants de 12 ans et plus viennent de vivre leur quatrième guerre et ont connu jusqu’ici un blocus extrêmement restrictif. Dans le cadre de son intervention d’urgence, Médecins du Monde tentera non seulement de répondre aux besoins médicaux de la population – y compris via la fourniture de médicaments essentiels et la riposte à la pandémie de COVID-19 – mais aussi de dispenser des soins en santé mentale à Gaza, vu les besoins immenses et préoccupants dans ce domaine. 

Agir

N’oublions pas que ce cessez-le-feu ne met nullement fin au blocus ou à l’occupation. Si rien n’est fait pour s’attaquer aux causes profondes du conflit, cette escalade de violence de 11 jours ne sera forcément pas la dernière. 

Médecins du Monde demande à la communauté internationale de se rappeler que l’aide humanitaire et au développement ne peut se substituer à l’absence d’une réelle volonté de s’attaquer aux causes profondes de l’inégalité à Gaza et dans les Territoires palestiniens occupés. Le développement durable ne pourra être assuré que lorsque le droit humanitaire international et le droit international des droits humains ne seront plus en permanence violés.

Un cessez-le-feu ne doit être qu’une première étape. Aujourd’hui plus que jamais, il est essentiel que des États tiers s’emploient à faire en sorte qu’Israël lève le blocus sur Gaza et mette fin à l’occupation des territoires palestiniens.

À l’instar du Health Cluster dans les Territoires palestiniens occupés, Médecins du Monde appelle à :

  1. Mettre fin aux violences dans les Territoires palestiniens occupés et s’atteler à ce que la population palestinienne puisse jouir pleinement de ses droits, notamment son droit au meilleur état de santé possible.
  2. Garantir le respect et la protection des civils et des soins de santé, conformément au droit international. Les soins de santé ne peuvent être pris pour cible.
  3. Faciliter de toute urgence l’accès humanitaire à la bande de Gaza, afin de permettre l’entrée de fournitures médicales essentielles, le passage d’équipes médicales et de personnel humanitaire et la sortie de patient.e.s nécessitant des soins en-dehors de la bande de Gaza.
  4. Soutenir le système de santé palestinien pour assurer une réponse humanitaire d’urgence efficace et préserver et protéger les services de santé essentiels. Le Health Cluster lance actuellement un appel de fonds à hauteur de 11 millions de dollars afin de garantir l’accès des populations vulnérables des Territoires palestiniens occupés à des médicaments, fournitures et services essentiels.

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753