Personnes migrantes ou déplacées

Enorme chaos suite à l’incendie du camp de réfugié.e.s de Lesbos

Des milliers de personnes migrantes continuent de camper à ciel ouvert le long de routes et dans les champs sans accès à l’eau ni à des installations sanitaires décentes, après l’incendie dramatique de la semaine passée dans le camp de Moria. Constantinos Petradellis, coordinateur de notre intervention d’urgence sur place: “La situation de ces personnes est dramatique. Elles ont un besoin urgent de tentes, de sacs de couchage, d’eau, de nourriture, de médicaments, de tout en fait… »

Des consultations mobiles en rue

Une équipe mobile de Médecins du Monde offre actuellement des consultations médicales aux personnes forcées de camper à ciel ouvert, le long des routes.  De nombreuses femmes enceintes ayant besoin de soins se trouvent parmi elles. La situation est dramatique : des bébés dorment à l’extérieur sans accès à des installations sanitaires. Il manque de la nourriture, de l’eau et les conditions sanitaires sont déplorables. « Un terrain idéal pour des contaminations au Covid-19. » 

Consultations et tests COVID-19 dans le nouveau camp

Les autorités grecques ont entre-temps commencé à mettre sur pied un nouveau camp situé sur un ancien terrain militaire. Les quelques 800 personnes migrantes qui sont arrivées au camp doivent d’abord rester 14 jours en quarantaine et sont testées au Covid-19, entre autres, par les équipes de Médecins du Monde. Un médecin et du personnel médical ont été affectés par Médecins du Monde pour les soins d’urgence apportés aux personnes.

Sur le terrain, nous collaborons avec: l’Unicef, l’IOM, l’UNHCR, La Croix- Rouge, Eurorelief, Caritas et une équipe médicale d’urgence de l’OMS.

“Ce sont des images hallucinantes, derrière des grilles fermées, nous devons prendre leur température, comme à des animaux en cages. C’est inimaginable que ces scènes se jouent dans le berceau de notre civilisation. Et le comble, c’est que les conditions de vie de ce camp-ci sont ‘meilleures’ que celles de Moria. C’est tout dire… »

mobiele consultaties dokters van de wereld lesbos
Arrivage de kits d’urgence

Après l’incendie, les équipes de Médecins du Monde ont commencé à préparer des kits d’urgence pour les expédier vers l’île. « Des tentes, des sacs de couchage, des médicaments, des aiguilles, du matériel médical ont rapidement été envoyé vers la zone affectée. »

Les autorités et la population ont bloqué les accès, ce qui a retardé l’arrivée de l’aide mais tout a fini par arriver. Un nouvel arrivage parviendra à Lesbos dans les jours qui viennent.

Chaos

Il est difficile d’atteindre les personnes. Les routes d’accès sont bloquées par la population locale et par la police.  Constantinos Petradellis: « Sur le parking d’un supermarché, dans le quartier du camp Kara Tepe, de nombreuses personnes réfugiées se sont rassemblées. Nous leur donnons de l’eau et de la nourriture. Autant que possible, elles restent à proximité du lieu dans l’espoir d’obtenir quelque chose. » 

La tension s’est accentuée:  “Il y a dix jours, des centaines de personnes migrantes ont protesté. Elles demandent une solution structurelle. Certaines vivent déjà sur l’île comme des animaux depuis 3 ans, sans aucune perspective d’avenir. Beaucoup refusent de se rendre au nouveau camp, de peur de ne jamais pouvoir quitter l’île. Mais en réalité, ils et elles n’ont pas vraiment le choix : on leur dit qu’un refus aura des conséquences sur leur demande d’asile. »

La population locale est aussi à bout: elle a l’impression depuis des années que leur île est prise en otage et que l’Europe les laisse tomber.

La population locale est elle aussi à bout: « Elle a l’impression depuis des années que leur île est prise en otage et que l’Europe les laisse tomber. Elle se sent victime d’une stratégie de pourrissement qui vise à faire peur aux personnes réfugiées et qui a dégénéré en une situation où les droits humains sont bafoués au quotidien. »

Le personnel humanitaire de Médecins du Monde Grèce redouble d’efforts pour assister le mieux possible les personnes victimes de cette insupportable situation. Par ailleurs, nous continuons à demander des solutions structurelles : les conditions de vie des personnes réfugiées doivent s’améliorer, les procédures de demande d’asile doivent être gérées plus rapidement, mais il faut aussi une plus grande solidarité des pays de l’UE. Il ne s’agit plus de détourner le regard, ni de faire du sur place.

 

 

 

 

 

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753