IL VOUS RESTE ENCORE ...

POUR BÉNÉFICIER DE VOTRE RÉDUCTION FISCALE DE 45% 

 

Guerres. Conflits. Inégalités croissantes. Changement climatique.

Le monde est malade.

Ensemble, nous pouvons le soigner.

 

JE FAIS UN DON

Urgences & Crises

Médecins du Monde en Ukraine et aux frontières

Médecins du Monde met tout en œuvre pour donner accès aux soins de santé aux Ukrainien.ne.s se trouvant dans le pays ou dans les pays limitrophes.

En Ukraine

Le système de soins de santé est très fortement impacté par la guerre. Médecins du Monde, à l’instar de l’OMS, appuie le personnel médical, les hôpitaux et les patient.e.s qui se trouvent sur place.

100 professionnels à pied d’œuvre dans des villes-clé

“La centaine de collègues qui travaillent dans la région du Donbass depuis 2015 continue à se mobiliser à partir de différentes villes comme Dnipro, Luhansk et ailleurs dans le Donbass. Ils et elles apportent leur appui psychologique et médical, à distance, aux citoyen.ne.s et analysent les besoins et carences des hôpitaux”, explique Pilar Martinez, directrice des Opérations internationales de Médecins du Monde. 

Approvisionner les hôpitaux en matériel médical

Nous approvisionnons les hôpitaux grâce à des camions chargés de matériel médical et de médicaments, tels que des kits chirurgicaux, du matériel de traumatologie et des instruments. Pour faire en sorte que ces opérations soient rapides et efficaces, nous avons mis sur pied 2 entrepôts aux frontières roumaine et hongroise. Actuellement, ce sont 7 hôpitaux qui ont pu être ravitaillés (3 à Luhansk Oblast, 3 à Donetsk Oblast et 1 à Dnipro).  Dans les jours et semaines à venir, nous allons continuer à fournir du matériel d’urgence et des médicaments.

Equipes mobiles

Des équipes mobiles de Médecins du Monde seront bientôt opérationnelles dans les villes de Dnipro et de Chernivtsi. Nous visons ici des villes dont la population a plus difficilement accès aux soins.

 

Carte Ukraine

Dans les pays voisins

Des équipes de Médecins du Monde sillonnent actuellement la Hongrie, la Roumanie, la Slovaquie et la Pologne pour évaluer les besoins et valider un plan d’action.

Le point avec Senad Hasanbasic et Ingrid Leroy qui se trouvent actuellement en Slovaquie et en Hongrie:

Réduire la pression sur les systèmes de santé

“La première constatation: les villes frontalières sont envahies de réfugié.e.s autant que de volontaires et de matériel humanitaire pour les aider. La plupart des personnes ne restent pas longtemps sur place et poursuivent leur voyage. Les problèmes ne surviendront que dans quelques semaines. Les personnes volontaires seront alors épuisées et peut-être elles-mêmes traumatisées. De plus à ce moment-là, un plus grand nombre de personnes réfugiées seront sur place et on assistera à une nouvelle vague d’arrivées. Ces personnes auront d’autres profil que celles que l’on voir aujourd’hui, les personnes les plus ‘fortes’. Lors d’une crise comme celle-ci, on sait que les personnes les plus vulnérables et qui ont le plus besoin de soins, quittent leur maison plus tard, quand il n’y a plus d’autre solution.
C’est à ce moment-là qu’une aide supplémentaire et structurelle sera nécessaire. Si le conflit se poursuit, ce qui semble très probable, de plus en plus de personnes viendront en Slovaquie et en Hongrie, ce qui aura un impact important sur les systèmes de santé. ”

Médecins du Monde veut alléger cette pression
  • Renforcer les système de santé et les hôpitaux avec du personnel médical comme des infirmier.ère.s ou par exemple des pédiatres ou des gynécologues, étant donné que la majorité des personnes réfugiées sont des femmes et des enfants.
  • Renforcer le système de santé et les hôpitaux avec du matériel médical et des médicaments, tels que ceux dont ont besoin les personnes souffrant de maladies chroniques comme le diabète et qui n’arrivent pas à se procurer de l’insuline, les médicaments contre l’asthme ou l’hypertension mais aussi les troubles psychiques telles que les dépressions ou les psychoses.
  • Si le conflit s’aggrave, le nombre de personnes blessées qui seront évacuées d’Ukraine va augmenter. Même si les pays limitrophes disposent d’un système de santé relativement solide, comme on l’a constaté au moment de la pandémie de Covid-19, celui-ci a des limites. Il est dès lors important de préparer les hôpitaux, les unités de soins intensifs et les blocs opératoires pour que les structures puissent accueillir du personnel médical supplémentaire en cas de besoin.
Santé mentale

“Un volet crucial est celui de la santé mentale des Ukrainiens et Ukrainiennes.

Actuellement, les pays voisins de l’Ukraine voient arriver des milliers de femmes et d’enfants qui sont presque tous et toutes traumatisé.e.s par ce qu’ils et elles ont vu ou par leurs séjours de plusieurs jours dans des caves. De plus, de nombreuses familles ont été séparées car l’homme a dû rester au pays. C’est déjà en soi, une cause de traumatisme pour les familles. Il est donc essentiel que les organisations médicales appuient et renforcent leur aide en santé mentale. ”

Médecins du Monde va s’y atteler en :

  • Mobilisant des psychologues supplémentaires
  • Formant les volontaires sur le terrain à détecter les traumatismes et à apporter les premiers soins en cas de plaintes psychologiques
  • Apporter un appui psychologique aux volontaires. Ils et elles commencent déjà à s’épuiser et sont le plus souvent très touché.e.s par la situation.

 

Photo : Valerio Muscella

 

1212 111111 AERF

 

Médecins du Monde est membre du Consortium 12-12, CNCD et de l'AERF.

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753