Urgences & Crises

Ukraine : une équipe mobile pour soigner les réfugié.e.s

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, les équipes de Médecins du Monde sont présentes dans le pays mais aussi dans les pays voisins.

 

Dernier état de lieux

carte ukraine

Un convoi contenant des médicaments anticancéreux vitaux arrive sur le front de l'Est

En raison de l'invasion, il y a une grave pénurie de médicaments.  En conséquence, les patients atteints de cancer, par exemple, n'ont plus accès aux traitements qui peuvent leur sauver la vie. C'est la situation dans laquelle se trouvait le centre anticancéreux de la ville de Kramatorsk lorsqu'il a contacté Médecins du Monde. Ils n'avaient plus de fournitures pour traiter leurs patients en chimiothérapie. Nous avons ensuite déployé nos équipes pour envoyer un convoi à Kramatorsk. Entre-temps, les traitements de chimiothérapie ont repris. 
Un autre convoi contenant des kits médicaux d'urgence, des kits de traumatologie et des cholerakits est arrivé de France à Tchernivitsi, une autre ville gravement touchée. Et on estime que 6 autres convois arriveront pendant la semaine du 11 avril.

Préparation du matériel médical

 

Sirit, Roumanie : un cabinet médical mobile à l’œuvre à la frontière ukrainienne

Notre équipe, composée de médecins, d’une sage-femme, d’une infirmière, d’une pédiatre et d’une assistante sociale, dispense des soins médicaux dans notre cabinet médical mobile de Sirit, une ville roumaine proche de la frontière ukrainienne.   

Ce sont surtout les femmes et les enfants qui quittent actuellement l’Ukraine pour se réfugier dans les pays voisins. Les hommes aptes au combat sont restés dans le pays. Pour répondre à ces besoins spécifiques, nous avons renforcé notre équipe, avec une sage-femme et une pédiatre.

mobiel kabinet

 

Du matériel médical et des médicaments en route pour l’Ukraine

Les hôpitaux ukrainiens font face à l’épuisement des stocks de médicaments et de matériel médical. Dans les régions les plus touchées par le conflit et aux alentours, les antibiotiques, les antidouleurs, les médicaments contre le cancer, les poches de sang et les liquides pour perfusion manquent cruellement pour le moment. Les pénuries concernent aussi le matériel médical comme le matériel de protection pour le personnel, le matériel chirurgical ainsi que des fournitures diverses : lampes de poche, draps, bouteilles d’eau, etc.

Dans l’ouest du pays, jusqu’ici moins touché, les hôpitaux sont confrontés à un afflux massif de personnes déplacées. Certains hôpitaux doivent prendre en charge jusqu’à deux fois plus de patient.e.s qu’en temps normal et ici aussi, l’épuisement des stocks commence à se faire sentir.

Dès le début du conflit, Médecins du Monde a organisé des convois afin d’acheminer des médicaments et du matériel médical dans les hôpitaux de tout le pays. Nous avons aménagé deux entrepôts dans des villes proches de la frontière avec l’Ukraine. Sur les photos, vous pouvez voir le dernier convoi, parti le 22 mars pour l’Ukraine, avec à son bord, 12 tonnes de médicaments et de matériel.   

L’acheminement de matériel et de médicaments est de plus en plus problématique : de nombreuses routes ont été détruites, les zones contrôlées par l’armée russe sont de plus en plus inaccessibles et rares sont les chauffeurs qui peuvent se rendre dans les zones de conflit. Des populations entières risquent ainsi de ne pas pouvoir bénéficier des convois d’aide médicale.

medische materiaal
medische materiaal

Nos collègues en Ukraine et dans les pays voisins   

Médecins du Monde est présente en Ukraine depuis 2015 déjà. Nous y dispensons des soins médicaux et de santé mentale aux populations locales – des personnes souvent âgées de plus 60 ans – et aux populations les plus pauvres de la région du Donetsk.    

Anastasia Zikas, professionnelle en santé mentale, est l’une de nos collaboratrices. Elle vit et travaille à Bakhmut, dans l’est du pays, touché de plein fouet par la guerre. Elle fait partie des nombreux.ses collègues de Médecins du Monde qui ont décidé de rester sur le terrain.

L'équipe travaillant à Bakhmut et fournissant des soins de santé mentale directs a été évacuée à Dnipro pour des raisons de sécurité (31 mars). Depuis cette nouvelle localisation, l'équipe continue à fournir des soins de santé mentale, notamment aux enfants, aux femmes et aux hommes dans les abris collectifs.

Voici son témoignage :

Anastasia Zikas

« Malgré le conflit, nous continuons notre travail. Nous avons bien sûr réorienté notre stratégie d’aide humanitaire, pour répondre aux nouveaux besoins. La pénurie de produits de base et d’articles essentiels est extrêmement problématique. Nourriture, eau et produits d’hygiène manquent. Au niveau des soins médicaux, nous faisons face aux pires difficultés. Vu la charge de travail extrêmement élevée, le personnel médical n’est pas en mesure de prendre tout le monde en charge. Et quand un traitement doit être administré, il faut compter avec le fait que certaines pharmacies sont fermées ou en rupture de stocks. Il est même devenu très difficile de se procurer un médicament prescrit par un généraliste. Qui plus est, de plus en plus de structures de santé ne sont plus opérationnelles ou ne peuvent plus prendre en charge que les cas urgents. Nous-mêmes avons de plus en plus de mal à communiquer avec nos patient.e.s. De plus en plus d’endroits sont coupés du réseau mobile ou internet. Il y a aussi toutes ces personnes terrées dans des caves qui ne peuvent plus communiquer avec le monde extérieur.  

Ma façon à moi de gérer tout cela, c’est de venir en aide à autrui. Je continue donc de travailler. J’ai toujours des contacts sociaux. Et je continuerai d’apporter une aide psychologique à mes patient.e.s aussi longtemps que je le pourrai. »

 

1212 AERF

 

Médecins du Monde est membre du Consortium 12-12 et de l'AERF.

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753