Mineurs non-accompagnés face aux portes fermées de FEDASIL : mise en demeure Sammy Madhi

En septembre dernier, 8 organisations, dont Médecins du Monde, ont mis en demeure le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, Sammy Mahdi (CD&V). Nous l’avons fait parce que nous ne supportons plus de voir qu’un groupe de mineurs non accompagnés ne soit pas aidé par Fedasil en dehors des heures de bureau.

 

 

« Pour le moment, seul.e.s les mineur.e.s dit.e.s ‘vulnérables’ sont hébergé.e.s par les centres Fedasil ou redirigé.e.s vers d'autres organisations, en dehors des heures de bureau, soit après 15h et jusqu'à 22h. Il s’agit ici de filles ou de garçons jusqu’à 15 ans ou de victimes potentielles de la traite des êtres humains. Les autres se retrouvent devant une porte close et restent dans la rue.» explique Michel Genet, directeur général de Médecins du Monde.

Tout.e mineur.e qui ne répond pas à ces critères se voit refuser l’accès. Une situation que les 8 organisations jugent inacceptable, car toutes et tous sont en situation de vulnérabilité et il est inadmissible qu’ils et elles doivent retourner dans la rue ou dans un squat après avoir essayé d’introduire une demande d’asile.

« Un grand nombre de ces jeunes a été exploité sur le parcours migratoire et a subi des violences à la frontière, souvent par la police. Ils et elles sont régulièrement victimes de travail forcé, d’esclavage, d’agressions sexuelles, de violences physiques et ont été séparé.e.s de leurs parents qui sont décédés ou ont disparu. »

Ces jeunes ont besoin d’un hébergement, un endroit où dormir, manger et être pris en charge. Le gouvernement ne fournissant pas cet accueil, les 8 organisations ont rédigé une mise en demeure.

Lundi dernier, le 8 novembre, des débats avaient lieu au tribunal du travail. Le jugement sur la compétence de ce tribunal sera rendu le 1er décembre.

« Nous espérons que le tribunal se déclarera compétent. L’année dernière, nous avons constaté une détérioration sur le terrain et une augmentation du nombre d’enfants contraints de dormir dans la rue, à l’approche de l’hiver. C’est n’est pas une politique humaine, c’est pourquoi nous continuerons de nous battre », conclut Michel Genet.

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753