Belgique
Personnes en marge de la société

Journée internationale des droits des femmes: la pandémie de COVID-19 a augmenté la précarité menstruelle des femmes* en situation de précarité ou sans-abri

La crise sanitaire de COVID-19 a vu une augmentation du nombre de femmes vivant en marge de la société. C’est ce que constate Médecins du Monde et sa partenaire BruZelle sur le terrain. De plus en plus de femmes s’adressent aux organisations pour une aide médicale, un soutien alimentaire ou lié aux menstruations.

Le COVID-19 exclut de nombreuses femmes de la société

La crise sanitaire, devenue économique et sociale, a amplifié les inégalités de notre société. Des secteurs d’activité où beaucoup de femmes sont actives ont été fortement impactés : l’arrêt des activités de l’Horeca, de l’aide à domicile, des travailleur.euses du sexe et de l’économie informelle a supprimé les revenus de nombreuses femmes.

Les conséquences sont visibles sur le terrain où les organisations humanitaires sont présentes : “On voit un nouveau groupe de femmes que nous ne voyions pas dans nos projets auparavant. Elles s’adressent pour la première fois à nous ou à d’autres organisations pour obtenir des produits d’hygiène, des masques, des protections périodiques, des vêtements, de la nourriture ou d’autres produits de premières nécessité. ” explique Céline Glorie, référente santé sexuelle et reproductive, Médecins du Monde.

“Ce nouveau groupe s’ajoute à celui qui était déjà présent avant la crise de COVID-19 et qui comprend les femmes sans-abri, sans-papiers, réfugiées ou migrantes en transit .

Leur situation précaire s’est encore dégradée. ”

 

La précarité menstruelle amplifiée chez les femmes vivant dans la pauvreté

Les équipes de terrain de Médecins du Monde,BruZelle et de nombreux autres partenaires du secteur associatif ont observé l’augmentation des femmes impactées par la précarité menstruelle : les protections périodiques sont un besoin essentiel onéreux et difficile à trouver en quantité suffisante lorsqu’elles sont gratuites.   “Depuis quelques temps, nous rencontrons une quarantaine de femmes qui s’adressent à nous pour des produits hygiène de base dont des serviettes périodiques. Ces mêmes femmes sont souvent aussi dépendantes de l’aide alimentaire ou de la distribution de vêtements : ce sont des femmes que la pandémie a poussées dans la précarité et qui n’ont plus les moyens de subvenir à leurs besoins de base.”, explique Maité Montuir, coordinatrice du Médibus de Bruxelles pour Médecins du Monde. “Le défi de la question menstruelle est encore plus important pour les femmes sans-abri: l’accès à des sanitaires sécurisés est devenu encore plus compliqué depuis le confinement. Comment changer sa serviette ou son tampon quand on vit dans la rue ? ”

Les règles touchent tous les mois la moitié de la population mondiale, et cela durant une trentaine d’années de leur vie, y compris les femmes vivant dans la rue ou en situation de grande précarité. Le manque de connaissance sur le sujet et la stigmatisation induisent la discrimination, l’injustice et des situations de stress pour les femmes dont les conditions de vie sont difficiles. Les organisations demandent qu’on porte plus d’attention à cette question et un soutien politique.   

En collaboration avec BruZelle, Médecins du Monde fournit des kits de protections périodiques à toutes les femmes (ou personnes ayant ses règles) qui fréquentent nos projets belges. Les volontaires les proposent spontanément pour qu ‘elles ne soient pas obligées de le demander. Dans nos projets de promotion de la santé, les volontaires introduisent les menstruations dans les discussions dans le but de lever les tabous sur le sujet.

 

*ou personnes s’identifiant comme telle

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753