Belgique
Personnes en marge de la société

'La nuit, le froid glacial t'empêche de dormir' Médecins du Monde craint de nombreuses hypothermies et des décès de personnes sans-abri

Alors que les températures atteignent un seuil critique avec -5 degré attendus cette nuit, les équipes de terrain de Médecins du Monde sont confrontées aux situations dramatiques des personnes forcées de dormir à la rue.

En ce froid mois de décembre, le manque de places d’hébergement est à nouveau criant. Et la crise de l’accueil des demandeurs et demandeuses de protection internationale n’a fait qu’amplifier le problème : faute d’une prise en charge par FEDASIL, ils se retrouvent eux et elles aussi dans la rue.

Maité Montuir, coordinatrice des projets mobiles : ‘De nombreuses personnes qui viennent nous voir au Médibus souffrent de rhumes ou d’infections pulmonaires… Notre équipe leur apporte soins et médicaments et les réfère vers un hôpital lorsque c’est nécessaire. Nous distribuons aussi couvertures thermiques.‘

‘Nous enregistrons deux fois plus de visites ces derniers jours. Et à chaque permanence du Médibus, ce sont plusieurs refus de mises à l’abri que nous devons annoncer à des personnes en demande d’hébergement.’

Maurice, habitué de notre Médibus, a vécu 6 mois dans la rue jusqu’il y a peu :
« J’ai toujours la voix rauque à cause d’un rhume persistant depuis fin septembre. La journée, on transpire car on porte toutes les couches de vêtements qui nous aident à passer la nuit. On marche pour ne pas s’endormir et on est obligé de ‘baigner dans son jus’, c’est un grand inconfort. Dans la rue, il n’y a ni mouchoir, ni d’accès à des médicaments. J’ai aussi attrapé une maladie de la peau. »

Le froid qui épuise
« A Bruxelles, la nuit, il y a déjà l’insécurité, les lumières, le bruit et le vent qui s’engouffre entre les immeubles. Tout cela vous empêche de dormir. Mais le pire, c’est le froid : on ne dort que par tranche de 30 minutes puis on se réveille pendant 1 heure, pour se rendormir encore un court moment… C’est pour cela qu’on voit souvent des personnes sans-abri dormir la journée, c’est l’épuisement. » explique Maurice.

Faudra-t-il un décès ?
Si aucune solution rapide n’est trouvée pour mettre à l’abri toutes les personnes concernées, Médecins du Monde craint de nombreux cas d’hypothermies et des décès. L’organisation demande aux autorités fédérales et régionales de prendre des mesures suffisamment ambitieuses, dès aujourd’hui, pour éviter que plusieurs milliers de personnes ne restent dans la rue en ces périodes de grand froid. N’attendons pas que l’irrémédiable se produise.

 

Contact presse: 
Muriel Gonçalves 0487 243367

 

1212 AERF

 

Médecins du Monde est membre du Consortium 12-12 et de l'AERF.

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753