Belgique
Personnes en marge de la société

COVID-19: 3 mois sur le terrain en Belgique

Grâce aux efforts de 600 bénévoles et à leur flexibilité sur le terrain, nous avons pu transformer nos projets belges en projets COVID-19. Aujourd'hui, nous avons 20 projets COVID-19 en Belgique, sur lesquels nous avons rencontré des milliers de personnes et mené 3.000 consultations médicales. Voici un aperçu de ces trois mois de travail.

600
BÉNÉVOLES
20
PROJETS COVID-19 EN BELGIQUE
3.000
CONSULTATIONS MÉDICALES
Un homme sans abri
Équipes mobiles dans 8 centres pour personnes sans-abri, hôtels et squats

Lorsque la pandémie de COVID-19 a éclaté, aucun mot n'a d'abord été prononcé concernant les personnes sans-abri. Pourtant ces personnes devaient choisir entre la peste et le choléra: soit dormir en rue, soit dormir dans des abris où la distanciation sociale était impossible à respecter. Heureusement, les différents centres se sont très rapidement adaptés pour pouvoir respecter cette distanciation sociale. Aussi, plusieurs villes ont accueilli les personnes sans-abri dans des hôtels.

Malgré cela, les personnes sans-abri sont restées et restent un groupe vulnérable: tout le monde n'a pas eu la chance de trouver un endroit sûr où dormir, les informations du Gouvernement n'arrivent que rarement vers elles et eux, et ces personnes souffrent plus souvent de problèmes médicaux que le reste de la population.

C'est pourquoi Médecins du Monde a décidé de se rendre dans tous les centres d'accueil avec des équipes de médecins. Au cours des dernières semaines, nous avons travaillé dans 8 centres d'accueil pour personnes sans-abri à Bruxelles et à Anvers, et nous avons fourni une assistance médicale dans les hôtels (temporairement ouverts aux personnes sans-abri) et dans les squats. Au total, nos médecins ont dispensé plus de 600 consultations ces dernières semaines.

Notre MÉdibus : 1.560 VISITES

Depuis plusieurs années, notre Médibus fait partie intégrante du paysage bruxellois, en matière d'aide aux personnes sans-abri. Avec nos équipes mobiles et nos infirmiers et infirmières, nous nous déplaçons dans les gares, les stations de métro et en rue. En raison de la pandémie de COVID-19, nous sommes passé.e.s à la vitesse supérieure: nous avons étendu notre zone géographique en allant, par exemple, à la Porte de Namur ou au Quai des Pénibles, à la recherche de personnes qui n'ont pas accès aux soins de santé. Nous avons ajouté des médecins à l'équipe infirmière. Nous avons aidé des personnes sans-abri, des réfugié.e.s mineurs et des victimes de violences sexuelles dans leur recherche d'un toit sous lequel dormir, d'eau, d'installations sanitaires et d'assistance médicale. Et nous avons distribué des kits d'hygiène aux personnes qui n'avaient pas les moyens d'acheter des masques ou du gel désinfectant.

Au cours des dernières semaines, 1.560 personnes sont venues au Médibus et nos équipes médicales y ont effectué 400 consultations.

Découvrez le portrait de Sarah, bénévole accueillante au Médibus.

Médibus (c) olivier papegnies
Centre de jour pour personnes sans-abri (c) Olivier Papegnies
Un nouveau centre de jour pour personnes sans-abri au coeur de Bruxelles : 140 visiteurs quotidiens

Lorsque la pandémie de COVID-19 a éclaté dans notre pays, de nombreuses organisations venant en aide aux personnes sans-abri ont dû fermer leurs portes. Dès lors, de nombreuses personnes sans-abri bruxelloises ne pouvaient plus recourir à certains services tels que la distribution de nourriture ou les salles de douche. Médecins du Monde a donc décidé de prendre les choses en main et a ouvert un centre de jour pour personnes sans-abri dans une auberge de jeunesse bruxelloise. Depuis son ouverture le 15 avril dernier, c'est une course incessante: jusqu'à 140 personnes sans-abri y viennent chaque jour pour un repas, une douche ou un moment de repos dans la salle de sieste. Reste à espérer que ce centre puisse continuer d'exister après la crise. En effet, le besoin d'un tel centre se fait criant, même en dehors de la crise du COVID-19.

 

Découvrez ici le reportage et faites connaissance avec les visiteurs du centre Jacques Brel

Centre d'hébergement médical à Anvers (c) Marie Monsieur
Un nouveau centre d'hÉbergement mÉdical pour personnes sans-abri

Un tout nouveau projet COVID-19 a également vu le jour à Anvers. Dans cette ville, de nombreuses personnes sans-abri atteintes de maladies chroniques et affaiblies vivent en rue. Dans l'absolu, cela est évidemment inacceptable, mais cela l'était encore plus lorsqu'a éclaté la pandémie de COVID-19.

Raison pour laquelle Médecins du Monde, en collaboration avec la ville d'Anvers, a ouvert un nouveau centre d'hébergement pour les personnes sans-abri malades. Il s'agit d'un endroit où ces personnes ont leur propre chambre ainsi qu'un accès 24 heures sur 24 à un soutien médical et psychologique, grâce à une équipe de médecins, d'infirmiers, d'infirmières et d'assistants sociaux.

« Au début, je me méfiais », explique Sterreke, l'un des résidents qui souffre d'une grave maladie pulmonaire depuis des années. « Mais maintenant, quelques semaines plus tard, je peux vous dire que c'est la meilleure décision de ma vie. Ici, je reçois enfin l'aide dont j'ai besoin depuis des années. Si cela n'avait pas été le cas, j'aurais erré en rue avec mon sac à dos de 30 kg sur le dos, en période de COVID-19. »

Découvrez l'entièreté du témoignage de Sterreke

NOS antennes LOCALES EN WALLONIE ET EN FLANDRES

Depuis de nombreuses années, Médecins du Monde dispose d'antennes locales sur la côte et en Wallonie.

Après une réorganisation, ces antennes ont continué d'accueillir, chaque semaine, des patient.e.s à La Louvière, Namur, Ostende et Zeebrugge. Nous y voyons principalement des Belges vivant dans une extrême pauvreté et sans accès aux soins de santé. C'est donc évidemment un groupe extrêmement vulnérable en période de pandémie de COVID-19.

À Ostende et Zeebrugge, en plus de ces personnes, nous voyons également des personnes transmigrantes qui sont coincées dans notre pays.

À côté de cela, nous étions également actifs dans trois villes de Wallonie, où nous assistions médicalement des centres temporaires de quarantaine pour personnes sans-abri.

Découvrez ici le reportage à Mons de patient.e.s sans-abri qui vivaient dans un stade de foot.

Centre de quarantaine à Mons (c) Olivier Papegnies
Hub humanitaire (c) Kristof Vadino
le hub humanitaire : plus de 1.000 consultations

Réfugié.e.s en provenance du Soudan ou d'Érythrée. Enfants mineurs non accompagnés en provenance de zones de conflit. Femmes réfugiées victimes de violences sexuelles. Ce sont ces personnes que nous voyons, depuis des années, chaque jour au Hub humanitaire.

Le Hub humanitaire est resté ouvert pendant la crise du COVID-19. En collaboration avec Médecins Sans Frontières, nous avons élargi la partie médicale, construit une tente de triage pour le dépistage du COVID-19 et étions quotidiennement présent.e.s avec des équipes de médecins, d'infirmiers et d'infirmières.

Ces dernières semaines, nous avons offert un total de 1.087 consultations aux personnes qui sont arrivées dans notre pays et qui ont dû survivre à la pandémie dans les conditions les plus difficiles: sans endroit où dormir ni manger, et avec la menace constante de répression et d'arrestations.

Dépistage COVID-19 (c) Olivier Papegnies
2.500 TESTS de DÉpistage du COVID--19 auprès des personnes vulnérables à Bruxelles

En mai, le Gouvernement bruxellois a demandé à Médecins du Monde d'effectuer des tests de dépistage du COVID-19 sur les personnes les plus vulnérables de Bruxelles: les personnes sans-abri, les réfugié.e.s, les personnes en situation d'extrême pauvreté et les personnes sans papiers. Nous avons fait cela avec une solide équipe de bénévoles dans d'innombrables endroits de la capitale: des hôtels aux centres pour personnes sans-abri, en passant par les lieux de rencontre pour personnes sans-abri. En quelques semaines seulement, nos bénévoles ont testé près de 3.000 personnes.

Eddy (que vous voyez sur la photo) faisait partie de ces milliers de personnes que nous avons testées. Après une grave blessure au dos, il a perdu son emploi, s'est retrouvé dans une spirale négative et est finalement devenu une personne sans-abri. Il vit actuellement dans un centre d'accueil des Petits Riens à Bruxelles. Là-bas, un médecin de Médecins du Monde a testé Eddy, pour voir s'il avait le COVID-19.

(c) Olivier Papegnies
Nos centres de soins

In fine, nous avons les centres de soins permanents de Médecins du Monde à Anvers et Bruxelles. C'est ici que nous voyons la plupart de nos patient.e.s tout au long de l'année. Nous leur apportons une assistance médicale, les dirigeons chez un dentiste ou un.e autre spécialiste, et nos assistants sociaux les aident à retrouver l'accès au système de soins de santé.

Nous avons continué à faire cela durant la crise de COVID-19. Au total, près de 800 personnes, qui autrement n'auraient pas eu accès aux soins, sont venues dans nos centres d'Anvers et de Bruxelles.

 

 

Contactez-nous

Médecins du Monde

Faites un don : BE26 0000 0000 2929


Rue Botanique 75, 1210 Bruxelles
Tél : +32 (0) 2 225 43 00
info@medecinsdumonde.be

TVA: BE 0460.162.753